05 novembre 2013

"Au bonheur des ogres" de Daniel Pennac

pennac-daniel-001

Benjamin Malaussène est un héros sympathique. Il s'occupe avec attention de toute sa fratrie lorsque sa mère est en voyage et travaille dans un grand magasin où vont avoir lieu des explosions. 

C'est donc à une enquête policière pleine de rebondissements que nous assistons, enquête qui nous ramènera cinquante ans plus tôt.

Le style de Pennac est très dynamique, avec beaucoup de dialogues, très moderne et facile à lire. 

Il ressort de ce roman beaucoup d'amour pour la vie et l'être humain. Pennac dépeint ses personnages avec tendresse, en utilisant tant de détails que nous entrons immédiatement dans son monde. L'histoire de la famille est un peu compliquée et celle du magasin également. C'est avec plaisir que nous suivons toutes les péripéties de l'intrigue, que nous découvrons tous les personnages plus originaux les uns que les autres : La famille, les collègues, les policiers, la journaliste, etc etc. Et tout ceci nous donne envie de lire les autres titres de la saga Malaussène.

L'auteur a obtenu le prix du livre Inter en 1990 pour "La petite marchande de prose" et écrit également pour les enfants chez Gallimard.

"Au bonheur des ogres" vient de reparaître en poche et la sortie du film est imminente.

Au-Bonheur-Des-Ogres-Affiche-Franceau-bonheur-des-ogres

Bonne lecture ( ou bon film!)...   

Sophie

  

Posté par Divers Gens à 15:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


30 juillet 2013

"Attirances" de Didier Van Cauwelaert

 Auteur très reconnu qui a reçu plusieurs prix, notamment le prix Goncourt en 1994, pour "Un aller simple" (l'histoire d'un homme reconduit à la frontière par un fonctionnaire), livre dont la première partie est pleine d'humour.

Didier-van-Cauwelaert

Son oeuvre est facile à lire et pleine d'imagination.

"Attirances" est un roman de 2005 qui comprend trois chapitres d'inégale longueur.

Attirances

Le premier retrace la rencontre d'Alexis Kern, de l'Académie française, avec une étudiante qui a consacré son mémoire de maîtrise à son oeuvre. Il est veuf, a une fille adolescente, et une mère atteinte de la maladie d'Alzheimer. L'étudiante s'immisce dans sa vie, et sa mère décède. Il décède également, mais on ne connaîtra vraiment son histoire qu'à la fin du livre.

 

Pendant le deuxième chapitre, nous suivons Delphine Kern, la cousine d'Alexis qui est juge d'instruction. Delphine s'occupe du cas de Jef Hélias, qui s'accuse, sans qu'il y ait de preuves, du meurtre de deux jeunes filles, dont il a peint les portraits, appelés "attirance I" et "attirance II".

S'étant livré à la police, il est incarcéré, et depuis, ses oeuvres prennent énormément de valeur. Dans sa cellule, il peint les murs. Delphine ne sait pas s'il dit la vérité, et se fait aider dans son enquête par une médium : Charlie.

Dans tout le chapitre flotte une ambiance de polar!

 

Le troisième chapitre est le plus captivant, il y règne une atmosphère de mystère.

Un couple de teinturiers et leurs deux enfants sont en vacances, en caravane, près d'une vieille maison. L'homme pénètre dans cette maison et est vite subjugué par elle.

Il y découvre la présence d'une femme dont il tombe amoureux. Il ne sait pas si cette femme est réelle, ou si c'est un fantôme!

Simulant une panne de voiture, il renvoie femme et enfants à Paris, par le train, pour rester seul avec cette femme. Celle-ci se révèle être une jeune fille venue de l'Est.

Mais il y a un parfum étrange dans cette maison, et l'homme finira par percer le secret de cette bâtisse, découvrant l'histoire de son ancienne propriétaire, qui était la mère d'Alexis Kern.

Signé: Sophie

Sophie

Posté par Divers Gens à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

14 mai 2013

"Des hommes illustres" de Jean Rouaud

Jean Rouaud, auteur Français contemporain dont la quasi totalité de l'oeuvre est autobiographique, a reçu le prix Goncourt 1990 pour son livre "Les champs d'honneur" évoquant la première guerre mondiale.

 Jean Rouaud  Jean Rouaud 2

Ce livre de 1993 est, quant à lui, un récit d'enfance heureuse. L'auteur raconte sa vie jusqu'à l'age de 11 ans, en Bretagne, dans les années 60, date du décès de son père admiré et aimé, mort à 41 ans .Des hommes iluustres de Jean Rouaud

Le style est riche, les descriptions précises. L'action se situe dans un gros village : Joseph, le père, est représentant en instrument de cuisine sur le secteur de la Bretagne, après avoir vendu des outils pédagogiques dans toute la France. Sa femme tient un magasin de vaisselle et Jean a deux soeurs.

L'auteur ne se lasse pas de décrire dans les détails la vie quotidienne de cette famille, avec une mémoire remarquable. Cette profusion de détails nous plonge dans un univers quasi cinématographique, si richement imagé que l'on a l'impression de remonter le temps.

Ce livre est fait pour tous ceux qui ont connu cette période. Joseph est à la fois manuel et passionné par ce qui l'entoure et l'histoire de sa province. Nous assistons au spectacle, désolant pour les Bretons, du remembrement avec lequel le paysage est complètement détruit. Il n'offre plus les repères habituels.

Rouaud puise également dans les souvenirs de son père et nous ramène à la seconde guerre mondiale pendant laquelle Joseph se cachait car il ne voulait pas partir pour le travail obligatoire en Allemagne.

Ce voyage dans le temps auquel nous convie l'auteur dans ce roman au charme fou est entièrement dédié à la mémoire d'un père qui exerçait sur les siens une véritable fascination, donnant et suscitant un amour sans bornes. 

Mon seul regret est que l'auteur n'évoque pas sa mère et ses soeurs. Mais nous savons qu'un autre livre est entièrement dédié à cette femme.

Il ne nous reste donc plus qu'à découvrir le reste de son oeuvre !

Signé: Sophie

Sophie

 

Posté par Divers Gens à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

16 avril 2013

"La carte et le territoire"

Aujourd'hui, je vous propose ma petite critique de ce livre de Houellebecq, qui a reçu le prix Goncourt en 2010.

Michel Houellebecq - La carte et le territoire

C'est un livre déroutant de 428 pages, il y a quelques longueurs mais les vingt-cinq dernières pages notamment sont hyper intéressantes.

Nous suivons la vie de Jed Martin, artiste peintre, photographe et vidéaste pendant plusieurs décennies.

Le livre commence par une histoire de chauffe-eau en panne pas très passionnante mais on va rencontrer des personnages comme Frédéric Beigbedder, Michel Houellebecq lui-même, ce qui est très surprenant.

Jed est peintre de personnages illustres, après avoir été photographe de cartes routières. Il peint aussi les divers petits métiers Parisiens. L'action se situe de nos jours jusqu'en 2050, date à laquelle, grâce à la vidéo, il montrera, entre autres choses, la fin d'un monde industriel où les musées s'installent dans d'anciennes usines.

Jed mène une vie d'une monotonie stupéfiante. On assiste à la mort de son père, à deux histoires d'amour, au meurtre de Houellebecq lui-même, mais Jed fait penser à "L'Etranger" de Camus qui voit beaucoup de choses mais ne ressent rien.

Houellebecq est dépeint comme un dépressif profond, ce qu'il est vraisemblablement un peu (cf sa poésie).

Michel-Houellebecq

Il est très amusant de lire un roman qui est une pure fiction dans lequel évoluent des personnalités connues.On fini par ne plus pouvoir discerner le vrai du faux (Il choque quand il parle notamment de l'immense stupidité de Julien Lepers).

Le livre est un peu long mais l'on discerne très bien la vive intelligence de l'auteur qui nous parle de l'art en grand connaisseur. Il nous offre une vision du monde moderne, ainsi que son évolution probable, d'une grande perspicacité.

Un roman que je vous recommande chaudement ! 

Bonne lecture ! 

Signé: Sophie

Sophie

Posté par Divers Gens à 14:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :