24 avril 2018

"Je pense, donc je suis ... "

L'idée du jour (voire du siècle !) proposée par R2B2 était que les blogueurs se définissent par une ou deux citations ou maximes, célèbres ou inventées.

 

- Herbette propose un exercice mental pour concrétiser ses rêves : "Visualiser et imaginer votre bonheur, et il deviendra réalité."

 

- Fred est beaucoup plus prosaïque et pragmatique : "Charité bien ordonnée commence par soi-même."

 

- Buddy Blues reste plus sibyllin : " Tu préfères être un hippopotame avec le cerveau d'Einstein et donc personne le sait, ou, poser pour Vogue et avoir le Q.I d'un saucisson et là, tout le monde le sait ?" 

                                                  "Tu préfères avoir des dents musicales, quand tu manges c'est la cacophonie, c'est très casse-couilles pour les autres, ou, que ça fasse un bruit de sonnette de vélo chaque fois que tu clignes des yeux ?"

 

- R2B2 reste fidèle à lui-même : "Un pour tous, tous pour moi !" 

                                               "En boucherie comme sur la route, rien ne volvo !"

 

- Lapin Blanc confirme sa grande humilité : "J'ai les goûts les plus simples du monde,  je me contente du meilleur." ( Oscar WILDE)

                                                                 "On n'est jamais si bien servi que par soi-même !"

 

- Sophie a fait preuve comme à son habitude d'imagination constructive et optimiste : " Tant va la cruche à l'eau, qu'à la fin elle s'y mire et se dit que bien que sotte, elle pourrait trouver une besogne qui la rendrait beaucoup plus riche!"

Puis revient à un fondamental : " Dieu est mort, Marx est mort, et moi, je ne me sens pas très bien non plus ! " (Woody ALLEN)

 

- Notre joyeuse étudiante s'est prêtée au jeu : "On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une ! " 

                                                                    "Vaut mieux être détesté pour ce que l'on est, que d'être aimé pour ce que l'on n'est pas."

 

index

A vos citations ! Bonne semaine à tous.

 

 

Posté par Divers Gens à 15:50 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :


27 mars 2018

Vlan !

Après ce long silence en partie du à la technologie défaillante, nous pouvons enfin éclairer le monde de nos lumières (sauf R2B2 qui a encore oublié de rendre sa copie).

 

Le délinquant entra dans la pièce, fouilla tous les tiroirs, pris le pognon, le flouze et même le pinard !

En voyant tout ce souk, tout ce bazar, j'ai fermé la porte.

 

Signé : Fred

Fred

 

Tous les mardis de la semaine j'attends le livreur de marchandises. Je suis tout seul au déchargement, je compte les colis et je regarde leur provenance; immuable depuis quarante ans, je suis toujours à la réception, mais aujourd'hui c'est un jour à part. C'est mon dernier jour de travail !

C'est l'heure de l'apéro, patron et collègues font partie de la cérémonie d'adieux ...

J'ai rendu les clés de la réserve et j'ai fermé la porte.

 

Signé : Buddy Blues

Budy blues

 

K. et moi, on s'est rencontrés à l'hôpital. Là-bas, rien à redire, il était gentil comme tout. De retour dans ma maison, je lui ai envoyé des textos et puis je lui ai donné mon adresse. En pleine nuit, il est venu me demander de l'argent, que je lui ai refusé. Il ne voulait pas s'en aller alors, je lui ai proposé de le raccompagner en voiture. Il a accepté. Quelques semaines plus tard, j'ai eu droit à une seconde visite nocturne et je l'ai raccompagné également.

Un jour, j'allais mal, et ma mère était là. Il est venu et est passé par la fenêtre pour entrer. Les voisins ont appelé les gendarmes. Ils sont venus et l'ont arrêté.

Ma mère m'a emmenée chez elle, j'ai laissé ma maison et j'ai fermé la porte.

 

Signé : Herbette

 

Cela faisait presque dix ans que j'avais fermé la porte lorsque nous nous sommes rencontrés. Nos débuts ont été un peu compliqué ; tu vivais la nuit et moi le jour, tu m'apportais des contraintes supplémentaires alors que je croulais déjà sous la charge mentale, mais tant d'amour en retour.

La vie pour toi était une course contre le temps pour laquelle tu n'as même pas tenu deux ans.

Alors hier matin, j'ai déposé une dernière caresse sur ton corps inerte au poil encore duveteux, et j'ai fermé la porte.

 

Signé : Lapin Blanc

 

J'attendais son retour impatiemment, j'avais la télé en fond sonore mais étais très en colère. Il arriva sans faire de bruit vers deux heures du matin et parut étonné de me voir encore debout, j'avais un peu trop bu et fumais cigarettes sur cigarettes. Aussitôt je me mis à hurler à propos de son attitude depuis six mois, lui rappela nos quinze ans d'amour avant ce qui était manifestement une liaison. Ses retards, ses mensonges, le nouveau parfum que je ne reconnaissais pas sur ses chemises, les allusions à peine dissimulées de nos amis et de ses collègues. Comme il ne s'attendait pas à cela, il resta bouche bée.

Soudainement je me levais et lui déclarais que je demandais le divorce. Je me dirigeais vers la chambre, marqua un temps d'arrêt puis asséna "et bien sûr, je garde le chien ! "

Et j'ai fermé la porte.

 

Signé : Sophie

Sophie

 

Bonne semaine à tous et Joyeuses Pâques !

Posté par Divers Gens à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 janvier 2018

Sans détours, le retour...

Cette semaine, deux membres du groupe ont fourni l'effort de travailler sur le thème proposé la semaine dernière, à savoir, "LE RETOUR"...

 

C'est le retour des jours sans fins.C'est le retour des jours sans lendemains. Des tourments incessants. Des grandes rêveries sur ce que l'on aurait pu faire de sa vie. C'est le temps des arrêts sur image. Tous les mauvais souvenirs se bousculent, tous les regrets, tous les remords. Énervements et insomnies.

C'est le temps du bilan, et il n'est pas fameux. Le moment où l'on ressent tellement d'écoeurement sur soi-même qu'on a à peine la force de se lever. C'est le moment des idées noires, très noires. C'est le retour de la lucidité.

Le médecin me l'a interdit, mais j'étais quand même mieux avec mes bouteilles de Calva. D'ailleurs il me vient à l'dée qu'il m'en reste quelques unes à la cave.

Allons vite quitter cette humeur nauséabonde.

4_7144

 

Signé: Sophie

Sophie

 

J'étais parti depuis des années. J'avais laissé mon pays. Quand je suis revenu tout avait changé. Je ne connaissais plus personne. Les anciens étaient partis, les jeunes avaient pris leurs places.

Le paysage était devenu plus aride à cause du changement climatique. On était dans le centre de la France mais on aurait cru être dans le Sahara.

sahara

Il y avait des cactus, des palmiers, des figuiers de barbarie. Il n'y avait plus de prairies, il n'y en avait plus besoin car tous les paysans avaient disparu. Les gens manquaient de tout car les grands groupes comme Lactalis ou Sodiaal avaient fait crever tous les producteurs laitiers. C'était désormais à eux de subir le même sort.

 

Signé: Fred

Fred

Posté par Divers Gens à 15:53 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2018

C'est pas parce qu'on se tait, qu'on n'a rien à dire !

Puisque 2018 verra probablement notre talent croître jusqu'à vraisemblablement un prix littéraire, voici les prémices des futurs grands classiques !

 

Il ouvrit la bouche et aucun son n'en sortit. Il n'était pas philosophe, il n'était pas mathématicien, il n'était pas psychologue, c'était tout simplement un cri étouffé au Chili sous Pinochet !

Signé : Buddy Blues

 

Il ouvrit la bouche et aucun son n'en sortit, car il était muet, et s'appelait Bernardo. C'était le domestique de Zorro !

Signé : Fred

 

Il ouvrit la bouche et aucun son n'en sortit. Il faut dire que le paysage, baigné de lumière turquoise ondulante, était à couper le souffle. Des vallées, des plaines, des rochers abrupts que des taches de couleurs vives éclairaient ça et là ...

Il l'avait suivie jusque là, sans hésiter, brutalement, violemment.

Elle s'était arrêtée à quelques mètres de lui et le fixait effrontément.

Il ouvrit à nouveau la bouche mais la referma aussitôt. Des torrents d'eau salée semblaient vouloir l'envahir. Il tendit la tête vers la lumière, jeta un dernier regard à cette sirène immobile, et dans un coup de rein rageur se propulsa vers le ciel. Lorsque sa tête creva la surface de l'eau, il prit une violente bouffée d'air et hurla à la vie. Enfin ...

Signé : R2B2

 

Il ouvrit la bouche et aucun son n'en sortit ... la lame froide avait probablement perforé ses poumons. Elle le regardait avec ce doux sourire qu'il avait tant aimé. Ce fut la dernière image qu'il vit avant de partir.

Signé : Lapin Blanc

 

Il ouvrit la bouche et aucun son n'en sortit, tellement il était émerveillé, il était dans un immense champ de blé. Il était un peu étourdi, sali par la terre et le corps un peu douloureux; en jouant, il était tombé dans un vieux puits, il avait dévalé plusieurs centaines de mètres et il devait s'estimer heureux d'être entier. Mais là n'était pas le miracle, c'est plutôt qu'apparemment il était sur une autre terre ou une terre parallèle. Celle d'où il venait était totalement stérile à cause des dérèglements climatiques. La végétation avait disparue et l'on mangeait des pains d'on ne savait quoi. Il restait d'ailleurs peu d'humains et c'était mieux ainsi car tous se faisaient la guerre. Les quelques blocs de pays n'échangeaient plus rien. Après avoir bien participé économiquement et politiquement à l'effondrement du vieux monde. Tous les grands travaux avaient été stoppés. Il y avait eu des guerres fratricides, des épidémies, et beaucoup d'assassinats commandités par l'état. Bref ! La terre avait l'aspect d'une vieille décharge totalement à l'agonie.

Et là une terre blonde à l'infini, comme il n'en avait vu que sur internet. Tout était beau, l'air était pur. Il marcha longtemps vers de grandes serres pleines de fruits et de légumes magnifiques. Plus loin s'étendaient des élevages d'animaux dans une belle herbe verte. Très loin, il aperçut la ville aérienne, un robot lui apprit à utiliser un petit avion et il pu visiter cette mégalopole ensoleillée composée d'habitats et surtout de beaucoup d'espaces communautaires, il y avait des aires de jeu et d'énormes piscines, toutes surveillées par des robots sympathiques, polis et efficaces.

Quand il fut à terre, il fut emmené vers un dirigeant qui lui expliqua qu'en effet, il était dans une autre dimension, sur une terre née bien après la nôtre et qui s'était servi de notre exemple pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Ici pas de prison, pas de police, jamais de conflit et aucun travail, ce sont les savants qui avaient permis cela et ils étaient considérés comme des idoles.

Alors, s'armant de tout son courage il dit enfin ce qui lui tenait à coeur : "puis-je rester et aller chercher ma soeur, mes parents et mon chien ?"

Le dirigeant tiqua un peu pour le chien car il n'y en avait pas sur la planète "volupté", mais se dit qu'en fait, c'était une occasion à saisir.

Signé : Sophie

 

Et sinon ... bonne semaine !

Posté par Divers Gens à 16:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2018

Bouche cousue !

Pour cause de réunion tardive, nous n'aurons pas le temps de publier aujourd'hui la totalité du travail demandé aux participants de ce modeste blog.

En contrepartie, cela nous donne l'opportunité de vous soumettre un petit exercice littéraire, qui comptera au bac (coef 6), et que donc vous avez tout intérêt à réussir.

D'ailleurs, nous pensons particulièrement à nos habituels commentateurs, que nous espérons en bonne santé puisque nous n'avons pas de nouvelles...! ;-)

 

Le sujet est le suivant:

 

CONTINUEZ CETTE PHRASE : IL OUVRIT LA BOUCHE ET AUCUN SON N'EN SORTIT...

 

Vous avez une semaine.(C'est mieux que quatre heures, et ne trichez pas)

 

x240-uqu

 

 

Posté par Divers Gens à 15:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :


03 octobre 2017

Saperlipopette, c'est raté !

J'ai raté le train. Mais lui ne m'a pas raté ; comme je l'avais raté. J'ai vomi tout mon quatre heure comme dans la chanson de Renaud.

Chanteur-Renaud-Sechan-jeune-annees-80-photos-images-27

Signé : Aurélie

Aurélie

 

Aujourd'hui, j'ai raté mon train. Je ne pourrais pas voir mes proches comme je le fais habituellement. Oh, comme j'aimerais que la gare me propose un autre train ; cependant, il n'y en aura point.

648x360_panneau-affichage-gare-lyon-part-dieu-matin

Signé : Zebra

Zebra

 

Merde, j'ai raté le train ! Je voulais faire un tour du monde. Je me suis pris une année sabbatique. Je suis parti de Paris mais je me suis endormi. J'ai donc raté la correspondance. Je me suis retrouvé seul dans la gare. Devrais-je prendre le trans-sibérien, le Shin Kan Sen, l'Orient-Express, ou le train 11 pour revenir ? Je me suis retrouvé dans un pays dont je ne parlais pas la langue. Tout était écris en cyrillique. Suis-je à Moscou, Saint-Petersbourg, Vladivostok ou à Oulan Bator, je ne sais pas.

orient-express

Signé : Fred

Fred

 

J'ai raté le train, j'ai perdu du temps à laisser les indications nécessaires au traitement de mon chat à ma cousine Hellène qui, je sais, aura à coeur de les suivre. Mais j'ai raté le train du soir, je voulais m'allonger sur les rails mais il était déjà passé, il me faut attendre 24h car c'est quand même plus discret dans la pénombre. 24h, moi qui attend déjà depuis si longtemps pour être enfin débarrassée de cette existence si douloureuse et sans espoir. Je sais qu'il n'y a rien après et de toutes manières, je ne mérite pas les flammes de l'Enfer. Que vais-je faire de cette journée ? Une journée de sursis, une journée de "bonus" ? En tous cas, je ne changerai pas d'avis.

Et demain, je ne raterai pas le train.

chemin_de_fer


J'ai raté le train de mon enfance, celui de mon adolescence, celui de ma jeunesse, de ma maturité, de ma vieillesse, méthodiquement, scrupuleusement, par bêtise, comme s'il fallait absolument se faire mal à soi-même. J'ai passé ma vie à longer la salle des pas perdus. J'ai raté tous les trains qui me mèneraient là où il fait bon vivre, là où j'aurai pu créer un microcosme qui me conviendrait. J'ai raté toutes les rencontres, je n'ai pas su saisir les opportunités. Quand il y avait une décision à prendre, j'ai toujours choisi la mauvaise. Et tout ce que cela a eu comme conséquences autour de moi ! J'en frémis d'horreur ! Non, les autres ne sont pas si bête que cela, ils n'ont pas tout raté, les trains et tout le reste, ils ont dû mieux consulter les horaires ou avoir une montre mieux réglée. Ils ne sont pas resté à leur point de départ avec des guides touristiques et des valises désormais inutiles.

J'ai raté le train de la vie, de la vraie vie, et je reste sans même savoir où aller comme dans une pièce du théâtre de l'absurde "En Attendant Godot" de Beckett par exemple qui ne viendra jamais car il faut comprendre "God" et Dieu, ce n'est pas récent, n'existe pas.

gare_richelieu

Signé : Sophie

Sophie

 

J'ai raté le train mais j'ai suivi ma voie.

J'ai raté l'avion mais j'ai pris l'air.

J'ai raté le coche mais je n'ai pas pris la mouche.

J'ai raté l'embranchement mais je me suis accroché.

J'ai raté mon départ mais je suis bien arrivé.

J'ai raté ma sortie mais je n'ai pas pris la porte.

J'ai raté la marche mais je suis encore debout.

Donc jusque là tout va bien ...

A moins que j'ai raté quelque chose ?

Signé : R2B2

Posté par Divers Gens à 15:50 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

26 septembre 2017

Révélations en cascade

Après une petite discussion la semaine dernière quant à l'avenir de notre blog, nous vous proposons aujourd'hui au autre jeu littéraire qui consiste à écrire un texte débutant par "je ne savais pas que tu".

 

"Je ne savais pas que tu collectionnais les Euros."depositphotos_2175673-stock-photo-heap-of-euro-coins

 

Signé : Fair Play (numismate)

 

 

 

 

 

 

"Je ne savais pas que tu ne savais pas que les poules avaient des dents."poule_dents

 

Signé : Aurélie

Aurélie

 

 

"Je ne savais pas que tu étais né le 29 février 1792 à Pisaro, au bord de la mer Adriatique. Tu m'as donné bien du plaisir de 1810 à 1829 : 37 opéras écrits et près de 180 pièces, dont le Stabat Mater. Je ne savais pas que tu avais écris tout ça ; ça vaut bien une messe ! Oui, la petite messe solennelle que nous avons été écouter samedi.

Mais dis-moi Gioachino, je ne savais pas que tu t'appellais Rossini."

Signé : Buddy Blues

Budy blues

 

"Je ne savais pas que tu avais des "pirons" car la "piroune" ou le jars montait la garde."biquet

"Je ne savais pas que tes chèvres avaient "beconé" car il n'y avait aucune trace de chevreaux dans l'étable."

"Je ne savais pas que tu étais réveillé car ce matin le "jau" n'a pas chanté."

"Je ne savais pas que tu étais content car tu as boudé toute la journée."

Signé : Fred

Fred

 

 

"Je ne savais plus que tu étais si beau lorsque tu étais jeune. J'ai retrouvé récemment des photographies de toi prises lors d'un voyage au Maghreb et c'était saisissant : ta silhouette parfaite et ton beau visage entouré de tes cheveux longs.Mosquee

 

Je ne savais plus que tu étais si gai, mais les images me rappellent les longues soirées de discussions animées, que les fou-rires venaient très souvent interrompre.

Tu étais la vie, l'énergie, le bonheur, la jeunesse. Mais tu n'étais pas seul. Tu étais même très entouré et ce fut lui que tu as choisi. Il était également brillant, vous étiez en symbiose ; et vous l'êtes encore. Alors que je n'ai jamais rencontré celui qui m'aurait fait vibrer comme tu savais le faire, et c'est un peu tard maintenant. C'est un gâchis qui ne me laisse pas aigrie, mais terriblement triste. Une vie pour rien."

Signé : Sophie

Sophie

Posté par Divers Gens à 15:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

18 juillet 2017

Un p'ti cinq à sept ?...

Aujourd'hui, pour se détendre, nous vous proposons quelques petits haïkus, sortis tout droit de notre imagination, histoire de terminer cette année, et de partir en vacances en douceur.

Nous vous invitons à en faire de même, vous verrez, on y prend goût !

Il suffit de 3 vers, un de 5 syllabes, le deuxième de 7 syllabes, et le dernier de 5 syllabes.

Il doit évoquer une sensation fugace.

 

"Une petite poupée

Qui est devenue si belle

Que c'est une Déesse"

 

"Tous les éphémères

Volent autour d'un réverbère

Et c'est romantique"

 

"Les gens vont et viennent

Dans les portes coulissantes

Inquiètes ou sereines"

 

"C'est un jour férié

J'ai toute la journée pour moi

Et cela me tue"

 

Signé : Sophie

Sophie

 

 

"Le temps disparaît

Le temps de fraternité

Tu hais tous les mois"

 

Signé : Fred

Fred

 

 

"Musicologie

C'est toujours des sons nouveaux

Écoutons un air"

 

Signé : Buddy Blues

Budy blues

 

 

"Chaleur écrasante

Les vêtements collent à la peau

Les champs de blé vibrent"

 

Signé : R2B2

 

 

Et pour terminer en beauté (enfin, nous espérons), en voici deux écris à l'instant de manière collective :

 

"Dans un chaud jardin

Toutes les fleurs s'embellissent

On dirait Monet"

 

"La nature m'appelle

Mais serais-je à sa hauteur

Mystère des mystères"

 

Portez-vous bien (comme dirait une de nos célèbres admiratrices), et passez des vacances mirifiques !

Posté par Divers Gens à 15:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 mai 2017

Jamais plus jamais !

Je ne ferai plus de politessedieux_du_stade

Je ne ferai plus de sourire

Je ne ferai plus de caresse

Je ne ferai plus de compliment

Je ne rendrai plus de service

 

Je ferai des conneries

J'arracherai le sac des vieilles damesvieille_dame

Je volerai les doudous des enfants

Je mettrai des crottes de chien sur le palier des notables

J'irai dire des gros mots durant la messe

Je rayerai les carrosseries des voitures

J'irai jouer et boire jusqu'au petit matin

A la piscine, j'irai voir dans la douche des hommes

Je donnerai des coups de pied aux chiens

J'irai étaler toutes les poubelles dans la rue

Je ferai tout cela et bien d'autres choses encore

Car soixante ans de vie exemplaire

Sans une divine récompense

Ça commence à bien faire !

 

Signé : Sophie

Sophie

 

 

Je ne ferai plus de me laisser pousser la barbe et les cheveux longs

Je ferai coûte que coûte ma routine savamment orchestrée chez moi.

chewie

 

Signé : Fair Play

 

 

Je ferai plus attention à ma santé et à mon bien-être intérieur

Je ne ferai plus de paris insensés ni de dépenses inutiles.

yoga

 

Signé : Zebra

Zebra

 

 

Ce que je ne ferai plus : me rendre ridicule

Ce que je ferai : appliquer cette résolution.

clown

 

Signé : Buddy Blues

Budy blues

 

 

Je ne prendrai plus un rond-point directement par la gauche au lieu de le contourner.

Je ne gratterai plus jamais dans la terre ou le fumier sans après me désinfecter les mains à l'alcool ou l'eau oxygénée.

Je ne brancherai plus jamais un appareil qui est mouillé.

Je ferai attention de ne pas mélanger les bons champignons et les mauvais.

rond-point-de-lEurope

 

Signé : Fred

Fred

 

 

Je ne ferai plus l'andouille, je ferai l'autruche.

Je ne ferai plus de rond de jambe, je ferai l'hypocrite.

autruche

 

Signé : Lapin Blanc

 

 

Vous pouvez également vous prêter au jeu du "Je ferai, je ne ferai plus". Nous serons enchanté de vous lire longuement !

Bonne semaine sous le soleil ...

Posté par Divers Gens à 15:43 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

19 avril 2016

All aux rimes !

Cette semaine nous avons décidé de nous lancer (mais pas trop fort) dans la production maison d'holorimes. Pour ceux qui ne savent pas de quoi il s'agit, ils peuvent soit consulter wikipédia ou (une fois n'est pas coutume) lire l'article dans son intégralité.

 

Des chars en sont, vite fuyons !

Des charançons, vite fuyons !

-----------------------------------------------------------

Ils sont à Troie, ils vont à sept...

Ils sont à trois, ils vont à Sète...

-----------------------------------------------------------

Principalement la droiture.

Principe allemand : la droiture !

-----------------------------------------------------------index

Le repas : pas génial !

L'heureux papa : génial !

 

Sophie

 

Ma soeur répondra "ustensile" en jouant au ballon car elle touche les seins doux bien faits.

Masseur répond "drap, use tant cils" enjouant aux bas longs car aile touche lait saindoux bien fait...

 

Aurélie

 

Dans quelle étagère ?

Dans quel état j'erre ?

-----------------------------------------------------------

Les poules s'étaient échappées dès qu'on leur avait ouvert la porte.

Les poules s'étaient échappées, des cons leur avaient ouvert la porte !

 

Prof pour rire

 

Le tabac, c'est assez !

Le tabasser : assez !

Le tas bas s'est tassé !

-----------------------------------------------------------le chat

Abattu par le mauvais tempo !

ABBA tue par le mauvais tempo !

 

Buddy Blues

 

Laurent, Jade errent à l'aube... Hue !

L'orange adhère à l'eau bue.

-----------------------------------------------------------

Le souriceau déparasite.

Le saoul rit, sot !, des parasites.

 

R2B2

 

Maintenant que vous avez compris le principe, nous vous laissons la joie de découvrir la deuxième rime proposée par Fred !..

 

Je suis un presbyte et j'ai vaincu !

...

 

Amis de la poésie, bonsoir. C'est ainsi que s'achève notre printemps des poètes à nous ! Si vous trouvez des holorimes, merci de nous les faire partager !

D'ailleurs, à ce sujet, nous avons constaté une raréfaction des commentaires et nous en sommes fort marris, qu'on se le dise !!!

 

 

Posté par Divers Gens à 15:35 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :