29 novembre 2016

Aventures modernes !

Les Jeux Vidéo

 

S’il existe bien un art méconnu, c’est celui des jeux vidéo.

« Comment ça, un art ? » me direz-vous !

Eh bien oui, le jeu vidéo fait partie, au XXIème siècle, des métiers d’arts (à mon sens). Je vais vous en expliquer les raisons au fur et à mesure de l’article.

 

Commençons tout d’abord, par une petite définition du jeu vidéo :

« Le jeu vidéo est un jeu électronique qui implique une interaction humaine avec une interface utilisateur dans le but de générer un retour visuel sur un dispositif vidéo. » Wikipédia

 

Oui, on parle bel et bien de jeux, mais aussi de vidéo. Ce dernier point sera le plus important pour bien comprendre en quoi le jeu vidéo peut être considéré comme un art à part entière.

Petite liste des arts, au XXIème siècle :

1)      Architecture

2)      Sculpture

3)      Arts visuels (peinture, dessin …)

4)      Arts de la scène (théâtre, mime, cirque …)

5)      Danse

6)      Musique

7)      Cinéma (dont séries télévisées, téléfilms, … de part la mise en scène et le scénario)

8)      Arts médiatiques (radio, télévision, photographie …)

9)      Bande dessinée 

Vous remarquerez qu’il en manque un parmi ces 9 arts précités. Où est donc passé le jeu vidéo ? Eh bien en tant que tel, officiellement, le jeu vidéo n’est pas encore considéré comme un art.

Cependant, celui-ci regroupe plusieurs arts, sans forcément que vous le sachiez.

Il existe énormément de catégories de jeux vidéo, je ne vais pas tous vous les citer, mais on peut compter principalement sur les jeux de rôle, les « visual novel », les jeux d’aventure, d’action, ou encore même historique.

Le premier jeu vidéo connu, et pas des moindres, est « Pong », un très simple jeu de tennis de table où la balle, représentée par un carré, doit être renvoyé par les joueurs via leur raquette, représentées, elles, par de simples segments. On déplace ces raquettes de haut en bas (et bien sûr de bas en haut aussi !) pour se renvoyer la balle d’un joueur à l’autre par l’intermédiaire d’un joystick - parfois appelé « manche à balai ». Aucun bouton n’est nécessaire, juste le manche du joystick. La balle rebondit sur les raquettes, mais aussi sur les bords haut et bas de l’écran.

Pong[1]

Ce jeu vidéo est l’œuvre (oui, nous parlons bien d’œuvre lorsqu’on parle aujourd’hui de jeu vidéo) de Nolan Bushnell et Allan Alcorn, puis commercialisé par la société Atari en novembre 1972, ce qui développa le marché du jeu vidéo.

Cependant, Pong est l’inspiration directe du véritable premier jeu vidéo développé en … 1958 !

Ce premier jeu vidéo a été créé sur oscilloscope (analogique à l’époque !) par William A. Higinbotham et Robert Dvorak, au laboratoire national de Brookhaven, intitulé « Tennis for Two ». Celui-ci eu pour but de montrer les avancées technologiques au grand public lors des portes ouvertes du laboratoire. Personne ne savait alors que le premier jeu vidéo était alors né, et qu’un commerce florissant se développerait sur la fin des années 1980, puis dans les années qui suivirent, jusqu’à ce jour.

Tennis_For_Two_on_a_DuMont_Lab_Oscilloscope_Type_304-A[1]

Le jeu vidéo a donc … 58 ans ! En cela, nous ne pouvons ignorer purement et simplement le jeu vidéo.

Mais ce serait oublier les ancêtres du jeu vidéo public. Effectivement, le jeu vidéo n’est en réalité pas né en 1958, mais pendant la seconde Guerre Mondiale, comme programmes d'entraînements, de recherche dans certains domaines tels que l’intelligence artificielle, ou pour des démonstrations techniques. Ils sont développés pour un ordinateur précis et ne sont pas prévu pour être distribué. Toutes ces recherches étant privées ou militaires, il est alors impossible de déterminer la véritable date du jeu vidéo. Le premier jeu interactif connu date de 1947, et le premier jeu pour ordinateur imaginé est « Turcochamp », un programme de simulation de jeux d’échecs, développé par Alan Turing (célèbre mathématicien et cryptologue) et David Champermowne en 1948.

Nous venons de voir que le jeu vidéo n’est pas tout jeune, puisqu’il n’a non pas 58 ans comme dit plus haut, mais plus de 68 ans ! Je n’explique toujours pas en quoi le jeu vidéo peut relever des arts, mais Il me reste encore quelques points clés à vous dévoiler, espérant avoir éveillé votre curiosité et que vous ne vous êtes pas endormi sur ces points fondamentaux  de l’Histoire du Jeu Vidéo.

Nous l’avons vu, Atari a commercialisé le premier jeu vidéo en 1958, « Pong », et a développé le marché du jeu vidéo par le biais tout d’abord de bornes d’arcades, puis de consoles simple à brancher sur un téléviseur. Cependant, le jeu vidéo coûtait alors très cher a développé, l’électronique n’étant pas aussi développé qu’aujourd’hui. Le grand public n’avait souvent pas les moyens de s’acheter une console, tout le monde n’avait pas forcément un téléviseur chez soi, le jeu vidéo était encore méconnu du public, se demandant parfois en quoi les bouillies de pixels pouvaient être amusant. Ce fut un premier échec commercial. Le jeu vidéo fut sauvé une première fois par Nintendo dans les années 80-90, grâce aux consoles à cartouche, coûtant moins cher à l’achat pour l’utilisateur final (le joueur donc), les fameuses « Famicom » (« Nes » en Europe) et « Game Boy », 2 consoles 8 bits, l’une pouvant afficher quelques couleurs sur le téléviseur, l’autre étant une console portable noir et blanc avec un écran LCD qui pouvait afficher jusqu’à 8 niveaux de gris – donc sans couleur.

nes[1]   gameboy

 

Cependant, il y eu encore des échecs retentissant pour le marché du jeu vidéo, très mal perçu par les non connaisseurs, et apprécié que par une minorité de joueurs et une presse spécialisée. Je ne vais pas vous citer toute l’histoire, mais ce qu’il faut retenir, c’est que sans Nintendo, nous n’aurions peut-être pas droit aux jeux vidéo et à son marché exponentiel que l’on connaît aujourd’hui.

Le revenu mondial du jeu vidéo est estimé à 81.5 milliards de dollars américains en 2014, soit plus du double que le chiffre d’affaire mondial du cinéma en 2013. En 2015, il a été estimé à 91..5 milliards de dollars.

Le jeu vidéo pèse lourd aujourd’hui dans l’économie mondiale et ne peut désormais plus être ignoré. Cette année, la France à d’ailleurs reconnu les joueurs professionnels officiellement, ce qui permet aux plus passionnés d’entre nous (car oui, je suis un très grand joueur) de tirer des revenus tout en jouant à nos titres préférés.

Vous connaissez désormais quelques chiffres clés et un peu d’histoire sur ma plus grande passion. Je vais peut-être commencer à vous répondre à la question que vous vous posez tous : « Mais en quoi le jeu vidéo pourrait être considéré comme un art ?!? – Bon sang de bonsoir ! »

(Pas taper, je vais y venir !)

Tout le monde, de nos jours, connaît les jeux vidéo, mais presque personne ne sait comment il est produit. Si originellement, le jeu vidéo était simple (pensons à Pong et son ancêtre sur oscilloscope), il est aujourd’hui nettement plus complexe qu’auparavant.

Nous l’avons vu tout à l’heure, le jeu vidéo fut d’abord créé par des scientifiques pour des besoins précis, et était développé pour le grand public. Ce fut la naissance des jeux d’arcade, une première catégorie plutôt générale dans le jeu vidéo. Dans celle-ci, il n’y a pas d’histoire,  ou très peu, et tout l’accent est mis sur le « gameplay » (la façon de jouer). On doit alors avant tout trouver du plaisir à appuyer sur les boutons et faire bouger le joystick dans le simple but de jouer, et de rigoler. Les premiers jeux vidéos dit d’arcade, étaient souvent très difficile pour 2 raisons : la première, c’est que le jeu vidéo est à l’origine très coûteux à produire et qu’il était avant tout destiné aux salles d’arcades – car seules ces salles pouvaient se permettre d’acheter les machines dédiées aux jeux, 1 jeu équivalent alors à 1 machine, le concept de cartouche n’existait pas, les cassettes coûtaient plutôt chères et n’étaient ni fiables, ni rapides. Il fallait donc jouer en mettant une pièce dans la machine et rentabiliser l’investissement de l’établissement où vous jouiez. La seconde raison étant plutôt simple, les jeux étaient courts. Comme je l’ai dit précédemment, dans un jeu d’arcade, l’histoire est peu développée. Le tout conjugué donna tout de même naissance à de célèbres titres tels que « Pong » (encore lui !), « Space Invaders », « Donkey Kong » (qui donna naissance au très célèbre Mario », « Pac-Man », « Arkanoid », « Double Dragon », « Street Fighter » (toujours développé aujourd’hui sur borne d’arcade), « Zelda », et j’en oublie énormément, tellement il y a eu de jeux vidéo fabuleux dans les années 1980. Pour le moment, nous ne sommes pas encore dans l’œuvre artistique.

salles-arcade-17-fengyunzaiqi-shanghai-chine[1]

Petit à petit, les créateurs de jeux vidéo développèrent le côté histoire pour rendre les jeux plus immersifs, et ne s’arrêtèrent plus au simple gameplay. Il y eu donc des scénaristes qui étoffèrent les équipes de développement, puis, avec le temps, les graphismes commencèrent à devenir important grâce notamment aux avancées technologiques  - la puissance des calculateurs devenant de plus en plus importante et de moins en moins coûteuse.

Il fût donc important de prendre au sein des équipes de développement des infographistes, puis par la suite des animateurs (des personnes qui réalisent les animations des objets et des personnages).

Dans ces temps reculé où les jeux vidéo en étaient encore à leurs balbutiements et connaissaient déjà une certaine concurrence, il a fallu rajouter des spécialistes en effets spéciaux dans les équipes pour faire plus joli que son voisin et mieux immerger le joueur dans son jeu.

De nos jours, les plus grands titres sont d’un réalisme étonnant, nous pouvons citer dans les derniers titres les plus réalistes « Watch Dogs » 1 et 2, très gourmands en puissance de calculs, mais aussi très réalistes et immersifs.

WATCH_DOGS® 22016-11-29-10-56-32

Le jeu vidéo contient donc divers métiers essentiels aujourd’hui à sa création : des infographistes qui nous créent de jolis personnages et des décors époustouflants, des scénaristes pour nous mettre sans dessus-dessous et nous écrire de plaisantes histoires, des animateurs pour nous faire des animations des plus réalistes via entre autre la technique de la « motion capture » (capture de mouvements par l’intermédiaire de caméras et de capteurs sur le corps, utilisé entre autre dans le cinéma),parfois des historiens (« Assassin’s Creed » par exemple) pour coller au plus près de la réalité ou de s’en inspirer très fortement, des concepteurs d’interface pour nous permettre d’utiliser au plus aisément les commandes et les menus de jeu, des auteurs/compositeurs pour les musiques permettant d’ajouter de l’émotion (angoisse, peur, joie, rires, ou parfois même neutre, colère, etc. …), des bruiteurs pour les sons d’ambiance, les programmeurs chargés de mixer le tout ensemble, les testeurs qui sont là pour aider à la cohérence du titre, tester la jouabilité, apprécier ou non le visuel …

Avec le temps, la compétition de jeux vidéo se créa par l’intermédiaire des bornes d’arcades (« Street Fighter »), puis de l’ordinateur via notamment « Starcraft » (Blizzard Entertainment) ou encore « Quake 3 » (Id Software) donnant de fortes récompenses (on parle de millions de dollars pour le vainqueur). C’est alors la naissance des joueurs professionnels. Avec l’avancée des technologies en réseaux, et notamment le développement d’Internet, il existe une autre catégorie de joueurs, parfois amateurs, parfois professionnels, les streamers, qui diffusent leur partie en ligne par l’intermédiaire des plateformes telles que Youtube.com ou Twitch.tv.

 

Comme vous pouvez le constater, le secteur du jeu vidéo regroupe énormément de métiers (tous n’ont pas été cités, tels que les comédiens, les doubleurs, les maquettistes, ou même des cinéastes, eh oui !), et possède de nombreux corps de métiers se rapportant aux arts.

Je vous pose donc la question, chers lecteurs/chères lectrices, le jeu vidéo peut-il aujourd’hui être considéré comme une œuvre artistique ou doit-il simplement être considéré comme une des plus grosses industries mondiales ?

 

Signé : Zebra

win_avatar2

Posté par Divers Gens à 15:17 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


03 mars 2015

Nettoyage de printemps et travaux divers

Toujours dans le but de vous faire découvrir quelques curiosités numériques et artistiques, nous avons décidé de vous proposer cette semaine, trois "mini-métrage" imaginés et créés par Rushes, petit studio international d'animation 3D, installée dans le quartier de Soho à Londres.

Nous avons aimé ces saynètes pour le message qu'elles délivrent mais aussi pour l'originalité des scénari ainsi que pour leur ambiance futuriste !

Moralité: Ne jetez pas vos mégots dans le caniveau de nos belles villes (ou nos campagnes) et triez vos déchets avec application et rigueur !!! 

Excellente semaine, et bien sûr bonnes vacances à ceux qui ont la chance d'y être encore !  

Et gare au lapin blanc laché dans la nature et qui pourrait tenter le chasseur alpin !

Posté par Divers Gens à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 janvier 2015

On est scotché par leurs boites !

 Parce que l'ordinateur n'est pas uniquement un défouloir littéraire (sur lequel il est parfois autorisé de taper sans modération lorsqu'il ne fonctionne pas comme nous le souhaitons) nous avons eu envie de vous faire partager son penchant pour le beau, l'esthétique, la poésie quand il est pris en mains par de vrais artistes.

Certaines des oeuvres originales que nous vous montrerons pourront être extraites d'une émission dédiée à ces artistes ("loeil de links", canal+),  mais d'autres, seront simplement dénichées sur le net.

Mais, nous n'excluons pas la possibilité de vous présenter un jour un film d'animation réalisé par les membres de l'équipe du blog, à qui ces petits films ont donné des idées. Wait and see...

 En attendant, régalez-vous !

 

 

Posté par Divers Gens à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :