08 mars 2016

Petit poème pour de rire...

2012-Journee_de_la_femme lavette

 

En cette période de printemps des poètes, Sophie, très inspirée, a voulu fêter à sa façon la journée de la femme.(ne vous inquiétez pas les bonshommes, vous serez vengés la semaine prochaine, si vous êtes sérieux...!)

 

Hier, madame, j'ai buté mon mari !

Pour vingt ans d'ennui

Pour vingt ans sans chaleur

Pour vingt ans de torpeur

Pour vingt ans d'esclavage

Pour lui avoir donné mon plus bel age

Pour vingt ans de querelles

Pour sa liaison avec Elle

Pour vingt ans sans caresse

Pour vingt ans de paresse

Pour vingt ans d'égoîsme                            

Pour vingt ans de cynismepoison

Pour toutes ses moqueries

Et pour tous ses dénis

Pour tous ses "on verra plus tard"

Pour la cohabitation avec ses chiens bâtards

Pour son unique rose à la fête des mères

Pour toujours avoir été mise en arrière

Pour l'absence de câlins et de compliments

Comme j'ai été patiente, cela en est dément !

Pour toutes ses exigences

J'ai obtenu vengeance

J'ai été astucieuse, je ne serai pas punie

La déesse me comprend, j'irai au paradis

Et j'aurais aimé, Madame

Avec ce geste peut-être immonde

Buter du même coup, tous les maris du monde !

 

Signé: Sophie

Sophie

 

Posté par Divers Gens à 15:41 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


01 mars 2016

Quand la Bretagne a épousé la France...

Langeais possède un des plus beaux châteaux de la Loire que nous sommes allés visiter le 24 Février 2016.

chateaudelangeaisnombalais__051202500_1720_24072012 langeais10

Il a succédé à une forteresse dont il subsiste un donjon élevé par Foulques Nerra au X ème siècle (plus vieil édifice en pierres de France).

1420379124

Rebâti vers 1465 par Jean Bourré ministre de Louis XI. Il comprend trois corps de logis protégés extérieurement par des courtines et des tours à mâchicoulis.

Sur la cour, les bâtiments, d'un aspect moins sévère sont flanqués de trois tourelles d'escaliers. Celui du midi contient la grande salle où fût célébré le mariage de Charles VIII et Anne de Bretagne en Décembre 1491.

Loire_Indre_Langeais_tango7174

Jacques Siegfried qui avait acheté le château en 1886 et l'avait meublé, en fit don à l'institut de France en 1904. Cela n'a jamais été un château défensif.

Il y a quinze salles meublées et décorées. On y trouve un nombre considérable de tapisseries qui permettaient de garder la chaleur et donnaient une idée de la fortune du propriétaire.

12-Langeais (Tapisserie "mille fleurs" très à la mode au Moyen Âge)

DSCN4703

DSCN4708 (Tapisserie sur le thème de l'astrologie très appréciée à l'époque)

DSCN4721

Les cheminées sont énormes et les meubles de grande qualité, richement sculptés surtout des coffres car les rois du Moyen Âge déménageaient souvent, et n'avaient donc pas de grands meubles.

DSCN4729

DSCN4734

Il y a des chambres de parement où l'on fait tout, se nourrir, recevoir ses invités de marque; et les chambres de retrait réservées à la vie privée. La reine et les enfants étaient au premier étage et le roi au deuxième. Les lits sont sur un socle de bois pour se protéger du froid, ils sont à baldaquin.

DSCN4705

DSCN4717

DSCN4716

DSCN4711

Certains carrelages représentent l'hermine, emblème de Anne de Bretagne.

Il y a également une salle des banquets.

salle banquet

Nous n'avons malheureusement pas eu de visite guidée, car il n'y en a pas l'hiver. Nous aurions aimé pouvoir bénéficier d'un audioguide individuel pour mieux connaître l'histoire du château.

Par contre, il y avait une petite salle chauffée où les enfants des visiteurs étaient habillés en costume d'époque pour être photographiés.

Rare sont les châteaux aussi bien meublés et décorés, Langeais vaut le détour !

Posté par Divers Gens à 15:35 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2016

Old sparky...

prison-670x274

 

Evasion

 

Encore une taffe ! Juste une dernière.

Dans une aspiration lente

Crépite, rougeoie, fume dans l'air,

Poignets sanglés, les mains sanglantes.

 

Bourreau attentionné, intime instant

Entre imploration et résignation,

Juste une, juste une dernière avant,

Trente degrés mais des frissons.

 

Crois-tu que mon dieu m'écoute  ?

Il le faut, j'arrive bientôt c'est important,

J'aurai dû, j'aurai tant voulu avoir des doutes,

Encore une, juste une dernière avant.

 

Le crépuscule dans la cellule,

Une nuit blanche pour une nuit noire

Infinie, comme mes regrets avec recul

Scelle le dernier jour de mes espoirs.

 

Le festin fumant, sans appétit, encore chaud,

La nourriture est spirituelle,

Quand les Si conditionnels coupent les barreaux,

Les clés tintinnabulantes, sonnent le rituel.

 

Mille fois évadé de ce couloir dans ma tête,

Mon ombre, fidèle elle, me suit,

Moins seul dans cette marche muette,

Le lino couine sous mes pas, ma nuque se raidit.

 

Situation lacrymogène d'un crime passionnel,

Des années hantées, l'injection létale qui s'infiltre,

J'inspire un coup, le tueur est professionnel,

Ma vie ne tient plus qu'à un filtre.

 

Le fauteuil froid accueille mon corps,

L'intraveineuse extrait mon âme vers les cieux,

Contrôle du pouls, le détenu est mort,

Heure du décès, 6h52.

 

LOLO

(Publié sur short-edition.com)

Posté par Divers Gens à 15:24 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

16 février 2016

Un immense photographe "exposé"...

Le 3 Février 2016, nous sommes allés visiter l'exposition "Robert Capa et la couleur" qui se tient jusqu'au 29 Mai 2016, au Château de Tours.

7438_956_capa_visuel_expo

Sur deux étages, se trouvent quelques-unes des photos couleurs de Capa, et dans la tour du château est projeté le documentaire "Robert Capa in love and war" de 90 minutes qui est sur internet, mais en anglais.

Nous n'avons malheureusement pas pu le voir en entier, mais assez pour apprendre que Robert Capa était un homme remarquable, bon vivant, fêtard, séduisant, d'un courage extrême puisqu'il a couvert une multitude de conflits avant de sauter, le 25 Mai 1954, sur une mine antipersonnel, en Indochine.

Capa s'essaie pour la première fois à la couleur en 1938, et après guerre, il emportera systématiquement avec lui deux appareils, un pour le noir et blanc, l'autre pour la couleur. Mais pendant la guerre, il fait peu de photos couleurs, les pellicules kodachrome exigeant un délais de plusieurs semaines pour être tirées sur papier.

Char allemand Robert Capa

Capture d'un char allemand

Capa s'appelait Endre Ernö Friedmann et est né le 22 Octobre 1913 à Budapest, dans une famille juive aisée et non pratiquante.

portrait-robert-capa

Il part en Juillet 1931 pour Berlin, et se donne pour objectif de faire carrière dans le journalisme. Il suit des études en sciences po, et fait son premier sujet sur Trotsky. Il émigre à Paris à l'automne 1934 où il rencontre d'autres photographes dont Henri Cartier Bresson, et francise son nom en André Friedmann.

Il fait la connaissance de Gerda Taro qui mourra pendant la guerre d'Espagne. Elle lui fait prendre le pseudonyme de Robert Capa et invente un personnage. Capa est américain, chic, riche et mondain. Il fréquente l'association des écrivains et artistes révolutionnaires.

En Août 1936, il part couvrir la guerre d'Espagne, c'est un fervent antifasciste, c'est là qu'il prend la photographie mythique qui le rendra célèbre.

Robert Capa

En 1938 il est envoyé par Life suivre la seconde guerre sino-japonaise (37-45). La même année il est proclamé le plus grand photographe de guerre du monde par le picture post.

En Octobre 1939, il quitte Paris et émigre à New York où il rejoint sa mère et son frère. Il est chargé de couvrir le front d'Afrique du Nord en 1942, il remonte par la Sicile en suivant les soldats.

Le 6 juin 1944, il est le seul photographe présent lors du débarquement allié en Normandie (Omaha Beach).

omaha beach Robert Capa

Après la guerre Capa a une liaison de deux ans avec Ingrid Bergman. en 1945 il travaille à Hollywood comme photographe de plateau.

En 1947 il publie un livre autobiographique plein d'autodérision "Un peu flou". Il fonde, la même année avec divers photographes, Magnum, coopérative qui leur permet de rester propriétaire de leurs clichés.

Il entretient à cette époque une grande amitié avec John Steinbeck. Ils partent en URSS d'où nait le livre "A Russian Journal".

Entre 1948 et 1950 il se rend fréquemment en Israël d'où nait le livre "Report on Israël" (il sera d'ailleurs blessé le 22 Juin 1948 à la cuisse).

En 1954 Life a besoin d'un photographe pour la guerre d'Indochine, Capa se porte volontaire et il meurt.

A titre posthume la France lui discerne la croix de guerre.

Les photos de Capa sont pleines d'humanisme, prises au plus près des hommes.

Courez voir l'expo si vous en avez la possibilité, et sa vie étant très riche, l'article est loin d'être exhaustif, mais si vous êtes curieux, vous pouvez aussi aller fouiller sur le net.

Bonne semaine à tous et une pas trop mauvaise à R2B2 (sans Garcimore nous avons pu travailler tranquillement !!! ;-)).

Posté par Divers Gens à 16:13 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2016

14 Juillet: Feu d'artifice 14 Février: Tout feu tout flamme !

ALEEEEEEEEEEEEEEEEERTE !

 

Surtout, si vous voulez passer un Dimanche tranquille, n'oubliez pas que ce sera le jour de la Saint valentin !

Du coup, certains membres de l'équipe du blog se sont mis en quatre pour vous proposer quelques poèmes sur le thème, et vous conseillent fortement de sortir aussi quelques billets  (mais pas que doux) !!!

 

Le soir de leurs vies

 

Devant le miroir, les jambes en coton,

Ajuster les guêtres, le geste incertain,

Plus technique le noeud papillon,

Il faut être impeccable pour 19h20.

 

Coquettes bouclettes, surmontées d'un chapeau,

Sans hâte elle s'apprête, vernis et sac à main,

Rose joues, rouge lèvres et blanc manteau,

Fin prête à moins le quart puisqu'il a dit à vingt.

 

Au pied de l'immeuble, sous un parapluie,

Dans la nuit enluminée, le sol détrempé,

En cette date du 14, les bruits sont mélodie,

Et les visages illuminés, font briller Février.

 

Sereins, ils se dirigent, bras entremêlés,

Vers leur restaurant phare :« la tour de Pise »,

Ou les attendent chef, violoniste et table isolée,

Elle croit à l'opéra, diversion rodée, c'est une surprise.

 

Au son des cordes caressées par l'arché,

L'entrée, le plat ainsi que le dessert,

Défilent sur cette table au mérite étoilé,

Soudain monsieur, d'un geste, change l'atmosphère.

 

Elle rougie quand tant bien que mal il se lève,

Cherchant dans sa poche de veste en tweed blanc,

Leur livret de famille une larme au coin des lèvres,

La Valentine et son amant fêtent leur noces de diamant.

 

LOLO

(Publié sur short edition.com)

 

Vivement la saint Valentin

Tu nous fêtes notre saint Valentin

Un bouquet de roses doubles à la main

Le regard porté au loin

Attendant impatiemment nos lendemains

 

Comme les jours uniques où brillent le soleil de l'Amour

Nos coeurs battent à l'unisson d'amour

Les coeurs dis-je pâtissent de ce sentiment très lourd

Et cependant l'attendent plus fort chaque jour

 

KIMBERLEY

Kimberley

 

(Sans titre)

 

Pour la saint Valentin

j'ai envie d'un grand festin

Je me l'offrirai volontiers

Si j'avais un dentier

Je voudrais aussi fringues et bijoux

Mais je n'ai plus un sou

L'homme que j'ai épousé

passe son temps à me cocufier

Je voudrais donc compenser

En me faisant faire une beauté

Mais il parait que rien n'est récupérable

Je ne pourrais donc pas briller en société

Et resterai devant ma télé

je voudrais être comme une star

Car j'en ai vraiment marre

De servir la soupe à un homme

Qui ne sait même plus comment je me prénomme

Il faut dire qu'être chauve et loucher

Ne m'aide pas vraiment à draguer

Pourtant j'ai un coeur en or

Mais pour le voir il faut frotter fort

Et personne ne s'en donne la peine

C'est pourquoi pour la saint Valentin je me dis

" JE M'AIME !"

 

SOPHIE

Sophie

 

Et pour ceux qui n'aiment personne en dehors de leurs smart-phones, voici une petite démonstration de ce que pourrait devenir notre monde...

 

謝承霖 《低头人生》 Life Smartphone

 

Bonne semaine amoureuse à tous, sans oublier quelques rongeurs égarés en haute montagne !

 

Posté par Divers Gens à 15:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]


02 février 2016

Ça nous énerve !!!

Aujourd'hui, on est en colèèèèèèèèèère !!!

Alors chacun va y a aller de son coup de gueule !

 

Sophie:

Contre le prix Nobel de littérature à Patrick Modiano qui ne sait pas aligner deux mots et écrit des livres complètement creux !

 

Lolo:

Contre le manque d'ouverture d'esprit...

 

Kimberley:

Mécontente après certains journalistes qui on davantage parlé des "excès" de Michel Delpech dans sa vie que de son talent

 

Fred:

Contre les banques qui demandent un téléphone portable pour commander sur Internet, alors que je n'an ai pas

 

Fair Play:

Je suis fâché contre PC ONE (cyber café) qui n'en finit pas de terminer ses travaux depuis l'incendie qui l'a détruit et qui m'empêche de surfer...

 

Buddy blues:

Je suis fâché et j'en ai ras le bol de faire les mêmes fautes sur mes partitions, malgré les conseils du professeur et le travail que je fournis...

 

Prof pour rire:

Contre l'intégration de Jean D'Ormesson dans l'équipe des enfoirés !

 

R2B2:

Archi contre l'éléctronique embarquée dans nos saletés de voitures modernes, et en général, contre l'obsolescence programmée !!!

 

Lapin blanc:

Contre le virus de la gastro, de la grippe et contre tous les virus en général, qu'ils soient informatiques ou biologiques...

 

Aurélie:

Contre le virus de Zika et contre le racisme, et contre encore beaucoup de choses, dont moi !

 

Helmut Fritz - ça m'énerve

 

 

Posté par Divers Gens à 15:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

26 janvier 2016

Nous écrivons tous leurs noms...

Inspirés par le texte de Sophie, nous avons demandé aux membres du blog d'écrire un petit quatrain, dans le même style.

 

Sur les lapins échaudés

Sur les tirelires et les potes

Sur l'index blessé mais levé

J'écris ton nom Bernard Menez

R2B2

 

Sur ton affreuse voiture

Dans la fange et autres ordures

Dans l'arsenic et le cyanure

J'écris ton nom R2B2

 

Sur son écharpe fuchsia

Sur ses cheveux ondulés

Sur ses pas agiles et sûrs

J'écris son nom Lapin Blanc

Sophie

 

Dans les copeaux et la sciure de bois

Dans l'encre versée sur mon cahier

Dans le coeur que tu m'as brisé

J'écris ton nom

Fair Play

 

Sur les murs de toutes les prisons

Sur la peau de tous les marchands de canons

Sur ta tombe je pleurerai ton nom

Liberté

Prof pour rire

 

Sur les pierres de la Kaaba

Sur les parois de la grotte de Massabielle

Sur les versets de la Bible, les sourates du Coran, les pages de la Torah

J'écris ton nom "Tolérance"

Fred

 

Dans l'armoire électrique avec le jet d'eau

Avec mon excédent de sébum

Sous la table, à côté du radiateur en 5ème B

J'écris mon NON ! Puberté

Lolo

 

Dans ton coeur où coule la passion

Dans tes interrogations du lendemain

Dans les rythmes les plus endiablés

J'écrirai ton nom Carmen

Buddy Blues

 

Sur les murs des chiottes des bars

Sur les cordes de ma guitare

Même s'il est déjà trop tard

J'écris ton nom

Lapin Blanc

 

Par delà mes plus grandes peurs

Sur les nuages des hauteurs

Et sur chaque muscle de mon coeur

J'écris ton nom

Germain Philibert Depassage

 

Sur l'étang ensoleillé

Sur la niche du chien méchant

Sur le miroir sans loisir

J'écris ton nom

 

Sur le parterre fleuri

Sur la danse des abeilles

Sur la haute frondaison

J'écris ton nom

Dalstène

 

Sur les lignes de musique

Sur les cordes de mon cello

Croches, noires, clé de Fa... de Sol

J'écris ton nom

 

Sur les livres que j'ai lus

Et sur ceux que je lirai

Romans, essais ou poésie

J'écris ton nom

Tophepremier

 

Sur l'enfant qui parait

Sur les menottes du condamné

Sur le jour de la libération

J'écris ton nom

Aurélie

 

J'écris ton nom

Et si ça vous tente... vous pouvez nous laisser en commentaires vos productions poétiques ou humoristiques ou autre chose ! Bonne semaine à vous tous.

Posté par Divers Gens à 15:39 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2016

Un peu de poésie...

Sur le modèle du poème de Paul Eluard "Liberté", Sophie s'est prêtée au jeu, sans toutefois y associer le même concept...

 

Sur la neige et le verglas

Sur la cendre ou à la craie

Dans la mousse ou dans le sucre

J'écris ton nom

Dans la crème des gâteaux6-Jeune-fille-en-vert

Dans la confiture de mûres

Dans la terre fraîchement retournée

J'écris ton nom

Dans les cieux ou dans la mer

Dans l'onde bleue des ruisseaux

Dans la farine étalée

J'écris ton nom

Sur le grand tableau noir

Ou sur un petit calepin

Dans un cahier à spirales   

J'écris ton nom

Avec mon doigt sur la buée

Avec mon bras dans les airs

Avec mon pied dans la boue   

J'écris ton nom

Avec un élan d'espoir

Et un soupçon d'optimisme        

Avec une envie folle

J'écris ton nom

Sur les visages rencontrés

Sur les grands manteaux de pluie

Sur les jeans des enfants

J'écris ton nom

Dans les rues étroites et noires

Sur les boulevards illuminés

Sur les stades et patinoiresabstrait101

J'écris ton nom

Dans mon cerveau embrumé

Dans mon coeur chamboulé

Sur mon corps tout entier

J'écris ton nom

Au dessus des barbelés

Dans les cages d'escalier

Et sur le toit des maisons    

J'écris ton  nom

Sur les sourcils des filles             

Dans leurs cheveux ondulés

Sur leurs bras durant l'été    

J'écris ton nom

 

Sophie

Sophie

 

 

 

Posté par Divers Gens à 15:26 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

12 janvier 2016

Ce qu'on va faire de bien...

Allez Zou !!! En ce clément début d'année (par la météo bien sûr), toute l'équipe de Divers Gens vous présente ses meilleurs voeux comme il se doit !!!

Nous espérons, encore cette année, que vous nous serez fidèles, et que vous continuerez à trouver un intérêt à lire nos bouffonneries...

Pour sacrifier à la tradition, chacun d'entre nous va vous faire part d'une bonne (ou mauvaise) résolution.

Sophie : "Arrêter de cracher dans le café du matin et du midi de R2B2 ! Et de rayer ses multiples voitures..."

Buddy Blues : "Arrêter de casser les oreilles de mon entourage grâce à une sourdine électronique ajoutée à ma trompette..."

Fred : "Continuer à contribuer au réchauffement climatique en lachant du méthane dans l'air, pour que Chinon bénéficie enfin d'un climat tropical !"

Prof pour rire : "Continuer à fumer et trouver une petite voire une grande copine !"

Aurélie : "..." (petite voix au fond de la salle : "Aurélie n'est pas au blog aujourd'hui ! ")

Fair play : "J'ai pris la résolution de ne jamais prendre de résolutions pour 2016 !!!"

Kimberley : "Essayer d'écouter mieux les personnes de mon environnement, suivant le dicton : "Écoute et tu t'entendras mieux parler" !"

Philibert Germain De passage : "Prendre des cours de klaxon (en sourdine) avec Buddy Blues..."

R2B2 : "En 2016 je vais essayer un nouveau mode d'humour, le comique de répétition..."

Lapin Blanc : "Arrêter de travailler et gagner au Loto, mais je ne sais pas encore dans quel ordre..."

 

Lolo étant souffrant depuis deux longues semaines (bonne année, bonne santé Lolo !), il nous communiquera (peut-être par l'intermédiaire d'un commentaire) sa bonne résolution.

Et vous pouvez également nous laisser les vôtres !

Bonne... semaine !!!

 

Posté par Divers Gens à 15:50 - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 décembre 2015

Petit papa Noël... (suite)

Comme convenu, voici la suite de nos pensées pour le père Noël...

" Le père Noël est un peu vieille France, comme moi ! Ca fait des lustres et même des siècles qu'il vient du Groënland ou du continent Antarctique avec son traîneau et ses rennes, alors qu'il pourrait venir en TGV, ou avec un avion Caravelle, Boing ou Alpha jet. pour ça, je le comprends car bientôt internet, Google, smartphones, Twitter, facebook vont tuer l'homme. la robotisation va bientôt remplacer l'homme.

Là où je ne suis pas d'accord avec le Père Noël, c'est qu'il est alcoolique à ses heures. A la Noël 2004, quelques mois avant que je ne fasse ma cure à la Membrolle, il est venu prendre une cuite ave moi. J'apelle ça de l'incitation à l'alcoolisme. Le père Noël est reparti de chez moi presque ivre mort !! "

Prof pour rire.

 

" Père Noël, j'accepterai le cadeau si tu réponds à cette charade:

Mon premier est ce que disaient les Corses en reconnaissant Napoléon

Mon second est ce que disait Napoléon en reconnaissant ses compatriotes

Mon troisième est ce que disait la mère de Napoléon en le bordant

Mon quatrième est ce que lui répondait Napoléon à ce moment là

Mon tout est ce que je désire "

Réponse en 2016...

Fair play.

 

"Père Noël, je t'écris cette lettre pour te demander ce que je veux: Donc, une voiture, une trompette ut ainsi qu'une piccolo si bémol-La, une clarinette, une flûte traversière, une flûte à bec alto, et une flûte sopranino.

Et si c'est du "pipo", ou pipeau, et bien si tu ne m'apportes rien, c'est pas grave, je me paie une flûte; Vive la bulle; Allez, Champ' !

Merci père Noël !"

Buddy Blues.

 

"Cher père Noël, arrête ton grand traîneau flanqué de rennes devant ma maison, ne m'oublie pas. Pour Noël, je voudrais du réglisse pour nos malices, un  nuage qui brille comme une étoile, des peluches que je pourrai serrer sur mon coeur, comme on prend des enfants dans ses bras.

sur les nuages, donne moi des petits cupidons qui jouent avec les chérubins, occupés à décocher leurs flèches, faisant malades d'Amour nous autres humains.

Je voudrais voir Mickey, suivi de Minnie, m'acceuillir pour une promenade et un long trajet suivi d'un thé Darjeeling Himalaya.

Je veux jouer et danser avec Pinochio, le récompenser.

Je veux bien terminer l'année en gonflant des ballons de baudruche avec tout le monde"

Kimberley

 

"Cher père Noël, je sais que cela ne se fait pas mais je vais quand même essayer de te convaincre de m'apporter un beau cadeau...

Si tu trouvais dans ta hotte une belle Suédoise, d'environ trente ans, à la carrosserie impeccable, avec de gros pare-chocs en option, une belle robe de couleur vive et surtout en très bonne forme physique, je suis preneur !

Au cas où, je précise que j'évoquais une voiture ancienne, une Volvo 240 pour ne pas la nommer.

J'espère que ta hotte fera le poids..."

2B2R

 

Posté par Divers Gens à 15:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]